la DERMATOLOGIE veterinaire

La dermatologie vétérinaire, à l’image de la pratique chez l’homme, est une véritable spécialité de la médecine dont l’organe cible est la peau. Des progrès considérables ont été faits ces dernières années pour mieux comprendre les mécanismes de fonctionnement de la peau et améliorer le diagnostic et le traitement des problèmes cutanés.

Démodécie
Démodécie

QUAND FAUT-IL CONSULTER EN DERMATOLOGIE ?

La peau à l’avantage d’être un organe directement visible. Chacun peut donc facilement observer des anomalies. Certaines sont particulièrement évidentes comme des rougeurs, des démangeaisons, des boutons, des plaques, des ulcères, des pustules, des pertes de poils, des nodules. Et d'autres anomalies sont plus discrètes comme des pellicules, un aspect gras, des modifications de couleur ou simplement une mauvaise odeur.

Les maladies des oreilles, appelées communément « otites », font également partie du domaine de la dermatologie vétérinaire . Il est là aussi facile de repérer un animal qui se secoue la tête, se gratte les oreilles ou présente des écoulements anormaux au niveau des conduits auditifs.

Toutes ces lésions justifient une consultation de dermatologie et/ou d’otologie d’autant qu’elles peuvent s’installer dans la durée, altérer considérablement le confort de l’animal ou être le signe d’une maladie générale.

En tant que spécialiste de la santé animale, votre vétérinaire habituel vous donnera de précieux conseils pour l'entretien de la peau et des oreilles de votre animal. Il réalisera aussi le diagnostic et le traitement des pathologies les plus courantes.
 

DÉROULEment D'UNE CONSULTATION DE DERMATOLOGIe

Comme pour la médecine interne, la consultation de dermatologie commence par un entretien. En effet, le vétérinaire doit récupérer toutes les informations concernant le patient : mode de vie, alimentation, problèmes de santé, examens et analyses déjà réalisés, traitement entrepris et résultats. Cette étape est indispensable pour bien comprendre les circonstances d’apparition et d’évolution des problèmes cutanés de l’animal.


Après cette première étape, l’examen complet de l’animal peut commencer. Le vétérinaire observe directement ou à l’aide d’une loupe la peau : il ne se limitera pas au seul territoire où siègent les lésions, mais à l’ensemble du corps depuis l’intérieur des oreilles jusqu’aux coussinets, même si le problème se situe sur le dos ! Les anomalies détectées, notamment les masses, sont palpées pour en apprécier la sensibilité et la fermeté.

Si cet examen dermatologique est parfois suffisant pour établir un diagnostic et prescrire un traitement, il est plus fréquent de devoir recourir à des examens complémentaires pour confirmer ou préciser une hypothèse diagnostique ou prescrire le traitement le plus pertinent.
 

QUELS SONT LES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES IMMÉDIATS ?

Les examens complémentaires immédiats sont réalisés directement à la Clinique par le vétérinaire et ne nécessitent généralement aucune tranquillisation. Ils sont systématiquement mis en œuvre lors d’une consultation de dermatologie, tant ils sont faciles et rapides.


Il s’agit principalement d’étudier au microscope divers prélèvements réalisés sur la peau du patient : des poils, des raclages superficiels, des calques cutanés de la lésion ou enfin des ponctions à l’aiguille du contenu de certaines lésions. L’examen microscopique permet de révéler alors la présence de parasites, de champignons, de levures, de bactéries ou de cellules anormales par leur nombre ou leur morphologie.

Si une teigne est suspectée, un examen en lumière de Wood pourrait également être réalisé : dans une pièce noire, le pelage de l’animal est éclairé par une lumière UV qui font apparaître des poils fluorescents.
 

QUELS SONT LES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES DÉCALÉS ?

Alopécie chez un chien
Les tests allergiques sont typiquement les examens complémentaires décalés que le vétérinaire pourra être amené à mettre en œuvre à la clinique. La réponse est décalée de quelques heures pour la lecture et l’interprétation de ces derniers. Il s’agit avant tout des intradermoréactions qui consistent à injecter dans le derme des petites quantités d’extraits allergéniques pour vérifier s’ils engendrent une réaction sous la forme de petites papules rouges. Une réponse positive signifie seulement une sensibilisation de l’animal et pas obligatoirement une allergie associée. Le vétérinaire dermato-allergologue saura choisir les allergènes à tester et interpréter les résultats.

QUELS SONT LES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES RETARDÉS ?

Les examens complémentaires retardés font appel à un laboratoire extérieur à la clinique. Les différents prélèvements sont envoyés pour analyse dont le résultat sera réceptionné quelques jours plus tard.


Parmi ces derniers, la biopsie cutanée représente souvent un élément incontournable de la démarche diagnostique en dermatologie vétérinaire. Une ou plusieurs petites carottes de peau sont prélevées, sous anesthésie locale ou générale (selon la topographie des lésions ou le caractère de l’animal), en vue de leur analyse histologique dans un laboratoire spécialisé. Les résultats rendus par ce laboratoire apportent au vétérinaire de précieux renseignements pour le diagnostic définitif.

On retrouve aussi dans cette famille d’examens des cultures bactériennes ou fongiques, des antibiogrammes pour tester la sensibilité d’une bactérie aux différents antibiotiques, des bilans sanguins pour préciser et quantifier une maladie générale, infectieuse ou hormonale associée aux problèmes dermatologiques.

QUELS TRAITEMENTS SONT PRESCRITS ?

La peau présente l’avantage d’être un organe directement accessible. Des traitements locaux sont donc souvent prescrits : ils consistent en l’application de crèmes, pommades, gels, lotions, laits ou shampoings adaptés au traitement du problème cutané de l’animal. Il est cependant fréquent que le vétérinaire dermatologue doive aussi faire appel à un traitement par voie orale ou injectable, notamment dans le cadre de la désensibilisation allergique. Enfin quelques cas, notamment les tumeurs cutanées pourront nécessiter une intervention chirurgicale.


Il est important de bien respecter la prescription du vétérinaire. En effet la posologie, la durée, la fréquence sont essentiels à la réussite du traitement qui peut parfois paraître particulièrement long et fastidieux. La théorie étant souvent plus facile que la pratique, le vétérinaire dermatologue saura rester en permanence à votre écoute pour adapter le traitement pour rendre ce dernier compatible avec vos possibilités de mise en application.