L'ENDOSCOPIE

AU SEIN DES CLINIQUES DU GROUPEMENT

VET'CIMES

Il s'agit de la branche de la médecine s'intéressant aux maladies cardiaques, et par extension dans le monde vétérinaire, aux maladies vasculaires et pulmonaires des chiens et chats, car toutes ces affections sont souvent liées. 

LE FONCTIONNEMENT DE L'ENDOSCOPIE 

Endoscopie des bronches

L'endoscopie consiste à observer une cavité au moyen d'une caméra.

Pour pouvoir fonctionner, la caméra doit être dans de l'air (de l'eau pour l'arthroscopie). Ainsi, on ne pourra pas obtenir d'image si les cavités nasales sont remplies de secretions, si l'estomac est plein de nourriture ou s'il y a des selles dans le colon.
Lors d'endoscopie d'organes profonds (estomac, bronches, ...), on utilise un endoscope dont la tête est articulée. L'ensemble est parcouru par une gaine dans laquelle on peut passer diverses sortes d'outils : pinces à biopsie, pinces et anses à corps étrangers, brosses, ...
Des images et des films sont enregistrées durant l'examen des parties les plus remarquables.
 

DÉROULEMENT D'UNE SÉANCE D'ENDOSCOPIE

Votre animal est nécessairement anesthésié. Toutefois, la procédure étant la plupart du temps non douloureuse, la profondeur recherchée est faible et le réveil et le plus souvent rapide, car nous ne cherchons qu'à maintenir l'animal immobile et inconscient.

 
Pour les examens digestifs, une diète alimentaire stricte (voie haute) ou un régime pauvre en résidu plusieurs jours avant l'examen (voie basse) sera à respecter pour permettre au vétérinaire les meilleures conditions d'examen. Des biopsies sont très souvent réalisées lors d'endoscopies digestives car l'aspect visuel est très souvent insuffisant pour conclure. Lorsqu'elles sont réalisées, il faut en général compter 1-2 semaines pour la réception des résultats.
 
Les examens des voies respiratoires s'associent fréquemment d'un lavage broncho-alvéolaire (LBA) qui consiste à rincer avec un liquide stérile une petite zone du poumon afin d'en prélever les cellules et, le cas échéant, des bactéries, des virus, ...
 

QUELS SONT LES SYMPTOMES EVOCATEURS

Endoscopie digestive voie haute

On observera des vomissements répétés ou des régurgitations le plus souvent. Vous pourrez encore constater un manque d'appétit, une odeur aigre de l'haleine, du sang dans les vomissements.
Les affections de l'instestin grèle s'accompagnent aussi de diarrhée ou d'un amaigrissement.
Une endoscopie est rarement prescrite pour un première évènement. A l'exception des obstructions par corps étranger, l'endoscopie aura le plus de chance d'apporter une information utile au diagnostic qu'une fois que les symptômes se sont installés dans la durée.
 

Endoscopie digestive voie basse

Le symptôme le plus courant est la diarrhée, souvent profuse. Il peut s'agir aussi de constipation, notamment lorsqu'une masse gêne l'évacuation des selles, ou encore d'hématochézie (sang dans les selles).
 

Endoscopie des voies respiratoires

Cet examen est indiqué lors de toux rebelle au traitement. Souvent c'est la radiographie des poumons qui va nous guider vers cet examen.
 

L'arthroscopie

C'est l'apparition d'une boiterie, l'absence de réponse au traitement médical et des radiographiques suggestifs de quelques pathologies spécifiques qui amèneront votre vétérinaire à vous conseiller la réalisation d'une arthroscopie.

DANS QUELS CAS UTILISONS NOUS L'ENDOSCOPIE

Tumeur trachéale sur Bouvier Bernois

On pratique habituellement des endoscopies des organes creux : de la bouche à l'intestin grêle (voies hautes), le gros intestin (voies basses), des cavités nasales jusqu'aux poumons. Plus rarement, l'endoscopie permet l'examen des articulations (arthroscopie) ou des cavités abdominales ou thoracique (coelioscopie).

 

Endoscopie digestive voie haute ou grastroscopie

Cette voie permet l'accès au pharynx (la gorge), l'oesophage, l'estomac et la première partie de l'intestin grèle, le duodénum.
A tous les niveaux, nous pourrons repérer et extraire toute sorte de corps étrangers. Les exemples les plus représentatifs sont : un os volumineux (souvent un donné à rogner chez le chien), un ameçon ou une aiguille dans l'oesophage, on retrouve aussi des jouets pour enfants, des piles, des pièces dans l'estomac. Lorsque le corps étranger a migré jusque dans l'intestin grèle, l'endoscopie ne permet plus de le retirer, il faut alors le laisser migrer ou l'extraire par voie chirurgicale.
On sera amené aussi à diagnostiquer diverses malformations chez le jeune animal : une persistance du quatrième arc aortique (principalement le Berger Allemand), une hernie hiatale, une sténose du pylore (essentiellement chez les chiens brachycephales - Bouledogues, Boston, Shih Tzu, ...)
Chez l'animal plus âgé, les problèmes inflammatoires sont communs : gastrites ou entérites lympho-plasmocytaires, gastrites éosinophiliques. Elles se présentent sous diverses formes et gravité. On les regroupe sous le terme générique de MICI (Maladies Inflammatoires Chroniques de l'Intestin).
Les affections tumorales sont aussi un motif d'examen endoscopique : tumeur de l'oesophage (rare), de l'estomac (courantes et particulièrement graves chez les Berger Belges : Malinois, Tervueren, Groenendael), de l'intestin (les lymphomes digestifs chez le chat par exemple).
Sur les biopsies des zones explorées (l'oesophage et le pharynx ne peuvent pas être prélevés), on retrouvera parfois les seules bactéries pouvant s'accomoder de l'acidité extrême de l'estomac : les Helicobacter.
Enfin pourront être diagnostiqué un ulcère de l'estomac ou, moins grave, des érosions.
 

Endoscopie des voies respiratoires ou fibroscopie

Ici encore, l'endoscopie permettra de retirer les corps étrangers bloqués dans la trachée (un fragment d'os) ou dans les poumons (un épillet).
Cet examen apporte des informations succintes lors d'inflammation (broncho-pneumonie infectieuse à Bordetella bronchiseptica par exemple, ou problème immuno-allergique comme la broncho-pneumonie éosinophilique ou encore la bronchite asthmatiforme du chat).
Chez les chiens qui se balladent beaucoup dans des zones humides, on pourra diagnostiquer une bronchite vermineuse, c'est à dire l'infiltration des poumons et des bronches par des vers. Dans nos régions, le parasite le plus commun est Angiostrongylus vasorum, il provoque l'angiostrongylose.
Plus rarement on pourra diagnostiquer une infiltration tumorale du poumon (carninome)

Arthroscopie

Même si les indications sont limitées, l'arthroscopie représente le grand avantage de ne pas endommager l'articulation tout en recueillant des informations que les autres examens d'imagerie peinent parfois à donner.
Parmi les indications les plus courantes, on retrouve les dysplasies du coude (fragmentation du processus coronoïde médial FPCM et l'ostéochondrose du condyle huméral médial), les dyplasies de l'épaule (l'ostéochondrose dissécante de la tête humérale OCD) et enfin les ruptures partielles du ligament croisé antérieur.
Colite folliculaire

Endoscopie digestive voie basse ou coloscopie

L'accès au colon nécessite une préparation riguoureuse et contraignante pour l'animal (régime pauvre en résidu puis diète alimentaire, parfois couplé avec un purgatif). 
On pourra avoir accès à l'ensemble du colon le plus souvent (le passage de différents "virages" peut être difficile) et à la valvule iléo-caecale, lorsque celle-ci n'est pas noyée sous des selles liquides résiduelles.
Les recherches sont souvent guidées par une suspicion de maladie inflammatoire de type MICI (cf supra, il peut s'agir d'une colite lymphoplasmocytaire, d'une colite granulomateuse ou plus rarement de colite éosinophilique). 
Chez le chat, on recourera souvent à une endoscopie des voies basses même si l'animal ne fait que vomir, car les MICI touchent souvent l'ensemble du tractus digestif.
Les problèmes de tumeur sont aussi régulièrement diagnostiqués, notamment au niveau du rectum (carcinome colo-rectal). Nous pourrons aussi identifier des polypes plus ou moins développé, souvent à l'origine de saignements.