LA MéDECINE INTERNE DES ANIMAUX

DE COMPAGNIE 

La médecine a souvent tendance à découper l’organisme en appareils ou systèmes (appareil digestif, système nerveux central…), avec des spécialistes pour prendre en charge les affections de ces appareils ou systèmes (gastro-entérologue ou neurologue…). Mais il existe des maladies dites « de système » qui touchent plusieurs organes et des patients poly-pathologiques, qui sont le terrain d’action de la médecine 

LES FONCTIONS DU VÉTÉRINAIRE INTERNISTE

Le vétérinaire interniste peut être considéré comme un généraliste spécialisé dans les cas difficiles, capable de faire la synthèse des différentes problématiques de ce type de patient complexe, située au carrefour des spécialités médicales d'organes et de fonctions. L'interniste vétérinaire s'intéresse donc aux pathologies touchant plusieurs organes et fonctions, comme certaines maladies infectieuses, certaines maladies inflammatoires ou à médiation immune, ou comme certaines maladies rares ou génétiques. 
 
Son exercice nécessite, outre d'indispensables connaissances scientifiques, le recours à l'imagerie médicale vétérinaire (radiologie, échographie, endoscopie, scanner vétérinaire), à de nombreuses techniques d'analyses de laboratoire (analyses sanguines ou urinaires, biochimie vétérinaire, analyses bactériologiques et virologiques, examens d'anatomopathologie vétérinaire), et demande quelques savoirs techniques (réalisation de cytoponctions à l'aiguille fine échoguidées, de prélèvements d'organes au pistolet à biopsie, de lavages broncho-alvéolaires, de ponction de moelle osseuse ou de pulpe ganglionnaire, etc.).
 
C’est souvent la présence de plusieurs symptômes confrontée à différents examens complémentaires qui permettent d’établir un diagnostic et de proposer un traitement adapté à l'animal.

La médecine interne est donc pluri-disciplinaire, et s'exerce en collaboration avec les imageurs vétérinaires, les chirurgiens vétérinaires, les laboratoires d'analyses vétérinaires. La médecine interne vétérinaire se développant rapidement, les connaissances évoluent vite elles-aussi, et se tenir à jour reste indispensable, que ce soit par des formations diplômantes comme le CEAV de Médecine Interne, décerné par les Ecoles Vétérinaires françaises, par la lecture de revues médicales de référence, ou par de la formation continue.